PAIX ET GUERRE DANS LA DIPLOMATIE CHINOISE

Une politique extérieure mesurée
Auteur: 
Irnerio Seminatore
Date de publication: 
20/9/2010

1. Une politique extérieure mesurée ?

Conformément à la philosophie du « Livre des Mutations » et de l’idée taoïste que l’intelligence politique doit être une intelligence rusée, afin d’épouser les mutations, de prévoir à long terme, de renverser les positions et de permuter les rôles, la Chine, d’après le Ministre des Affaires Étrangères, Li Zao Xing se prépare-t-elle à atteindre des « ambitions démesurées grâce à une politique extérieure mesurée » ?

Ces propos reviennent à l’application d’un précepte ancien, à peine reformulé. En effet, le but de la politique chinoise de construire sur le long terme et au courant du XXIème siècle, « une société d’aisance moyenne », ne peut être atteinte que dans un contexte international favorable et celui-ci serait caractérisé par une « paix mondiale prolongée » et « une ère nouvelle, combinant alliances et affrontements : une ère de non guerre ».

Cette ère est-elle dictée par une lecture appropriée du système international ? D’où viennent-ils les risques et les affrontements, et d’où les alliances ?

Dans quelle relation et dans quelle hiérarchie se situent-elles les priorités et les espaces de manœuvre de la Chine entre l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) et l’« Association of Southeast Asian Nations » (ASEAN) ?

Or, l’Organisation de Coopération de Shanghai regroupe les puissances majeures de la Terre, celles du Heartland ou d’un continent inexpugnable et l'ASEAN les puissances de la mer, du commerce international et de l’expansion extérieure. D’où se lève-t-il le plus grand espoir, d’où se recèle-t-elle la menace la plus insidieuse, sous forme de conflits non déclarés ou de dangers imminents, et en quel équilibre doivent- ils peser les risques entre les deux objectifs pour esquisser le dilemme existentiel de toute politique étrangère ?

Une politique qui serait inspirée au nouveau concept de « guerre englobante » et à la forme mutante, celle du paradoxe permanent qui découle de choix politiques entre guerre et non-guerre , de choix entre formes antinomiques de toute poétique historique « combinant alliance et affrontements »? C’est sur la base de la philosophie du Thao, visant le renversement des positions et la permutation des rôles, que doivent être examinées les articulations entre les différentes facettes de la politique étrangère chinoise.

Cette dernière construit l’avenir sur une mutation de taille, dictée par sa transformation de puissance mondiale classique en puissance globale1, un type de puissance qui est en même temps pluri-dimensionnel et « hors limite » ; une puissance terrestre, maritime, spatiale et en réseau.

C’est donc dans la perspective de brusques renversements de situation ou de brutales « surprises stratégiques » que doivent être interprétées et hiérarchisées les articulations de la politique étrangère du « Chung Kuô ». Le concept de base est que l’indivisibilité de la sécurité est le revers d’un défi d’ordre planétaire et vise à répondre à la multiplicité des périls, à tous les niveaux de l’échelle.

Or, dans la politique chinoise, la formulation de « l’esprit de rivalité hard », en justification globale « soft », est à déceler dans l’expression « une ère de paix prolongée » qui est soumise à la « définition globale des intérêts vitaux ».

Or, le système de sécurité d’une « puissance globale » à dominante stratégique est tout d’abord un « système d’intégration politique » et de « coordination stratégique », créatrices de hiérarchies, de subordination et de dépendance.

Examiné sous l’angle de la survie politique et économique, nous repérons le primat d’une diplomatie des « intérêts vitaux de la nation » sur d’autres composantes, la « diplomatie du pétrole » et la « diplomatie de l’innovation et de la technologie » ainsi que la diplomatie de l’apaisement. La dominance stratégique de la première se concrétise dans les « Programmes « 863 » et « Torch ». Ils sont à la base de cette politique et prévoient le Linkage, au sein du Ministère des Sciences et de la Technologie, des deux divisions interactives, la « Division Information » et la « Division Renseignement », qui assurent au développement international du pays, les services d’acquisition du renseignement civil et militaire.

Par ailleurs, la multiplication des formes de coopération scientifique et technologique internationales sont finalisées clairement à une maîtrise des règles du jeu essentiel, l’imposition par le marché des technologies chinoises. Le but d’ordre général exige la définition préalable de « normes technologiques nationales » pour l’industrie des télécommunications, destinées à s’imposer, grâce à la mondialisation croissante des produits et services informatiques. Il s’agirait de la « matérialisation d’une stratégie d'État », orientée vers l’accomplissement de la « souveraineté » technologique et informatique, créatrice de subordination et de dépendance.

C’est dans ce contexte de quête de la suprématie globale, que doivent être lus les efforts inhabituels de la « diplomatie de l’apaisement », pour mettre un terme aux multiples tensions territoriales avec les pays frontaliers, le long des lignes de frontières terrestres parmi les plus longues du monde (protocole d’accord entre la Chine et l’Inde du 11 avril 2005, accord de Vladivostock du 2 juin 2005 entre Russie et Chine).

Il s’agit-là d’ententes pacifiques à haute importance stratégique avec les deux puissances majeures de l’Eurasie, dont la signification est double :

  • jouer à la pression démographique au Nord, dans les zones inhabitées de la Sibérie Centrale et Orientale,
  • créer des liaisons d’assurance et de confiance au Sud, dans le but de créer des liens de vassalité et de déférence avec les pays de l’ASEAN.

Ici, l’entente pacifique renforcée, par une « stratégie de sécurisation » des voies maritimes dans les mers de Chine du Sud, acquiert une dimension plus offensive vers l’Océan Pacifique, par le développement de capacités d’interdictions navales et spatiales. La mer de Chine Méridionale devient ainsi un théâtre géopolitique parmi les plus critiques de la planète. En effet, se superposent ici les projections d'influence de la Chine à caractère expansif et le rôle régional des États Unis à caractère défensif. Les premières remettent en cause la stabilité régionale, le deuxième préfigure un « soft-containement » d'un type nouveau. A partir du discours d'Obama à Tokyo en novembre 2009, la politique de la nouvelle Administration américaine vise à définir les États Unis comme « une nation du Pacifique ».

Cette déclaration, énoncée dans le but de « renouveler le Leadership américain dans le monde », s'adresse non seulement aux alliées historiques de la région, mais également aux pays de l'ASEAN (The Association of Southeast Asian Nations). L'ASEAN constitue un Forum Stratégique de toute première importance pour la stabilité, la paix et le développement économique en Extrême Orient et les USA ont demandé d'y adhérer. Dans une perspective de mouvement de l'échiquier asiatique, l'activisme chinois en politique étrangère influence en profondeur les enjeux stratégiques des principaux acteurs régionaux dans la mer de Chine Méridionale, dont les ressources naturelles sont disputées par Taïwan, les Philippines, la Malaisie, l'Indonésie, Brunei, Singapour et le Vietnam.

Cette zone est désormais inclue, d'après le « New York Times », dans le périmètre des « intérêts vitaux » de la Chine au même titre du Tibet et du Taïwan, bien qu'aucune déclaration officielle n' ait étalé cette position.

La superposition de deux zones d'influence chino-américaine sur le même espace a été confirmée par la Secrétaire d'État, Mme Hillary Clinton à Washington, le 23 juillet 2010, lors d'une déclaration dans laquelle elle a fait référence à des « intérêts nationaux » des États Unis concernant la liberté de navigation et les initiatives de « confidence building » des puissances de la région à l'encontre d'une prétendue «  Doctrine Monroe » chinoise dans la mer de Chine Méridionale. Une partie des Pays du Sud-Est comptent de manière explicite sur la présence des USA pour contre-balancer l'activisme chinois.

Rien de plus sensible et en même temps de plus contre-productif pour la politique étrangère de Kung-Chuô, d'un pareil alignement sur les déclarations américaines, car la Chine n'a aucun intérêt à l'internationalisation de litiges concernant les eaux territoriales.

Or le Linkage entre la mer de Chine Méridionale et la façade maritime du Pacifique est inscrite dans l'extension des intérêts de sécurité chinois.

A travers les mers du sud et les détroits transite 50% des flux mondiaux d'échange, ce qui fait de cette aire maritime un théâtre de convoitises et de conflits potentiels, en raison des enjeux géopolitiques d'acteurs comme la Corée du Sud et le Japon qui constituent des géants manufacturiers et des pays dépendants des exportations.

Une des clés de lecture de cette interdépendance entre zones géopolitique à fort impact stratégique est le développement des capacités navales, sous-maritimes et de surface, de la flotte chinoise.

L'évaluation des besoins de sécurité et de défense de la Chine est contenue dans le « Rapport 2010 » concernant les forces armées du pays. Dans ce document, intitulé la « Mission historique des forces armées chinoises », énoncé par le Président Hu-Jintao dans sa relation au XVII Congrès du Parti Communiste en octobre 2007, le pouvoir suprême assigne à l'Armée populaire de Libération « le but de construire une nation prospère dotée d'une armée forte » et trace une perspective unifiée pour les capacité de combat et de projection de forces de l'APC. Il définit ainsi au plan maritime une stratégie d'interdiction à large spectre qui n'est plus focalisée uniquement sur Taïwan et inclut désormais la Mer Jaune dans laquelle patrouillent les flottes du Japon et de la Corée du Sud.

Bien que l'actuelle capacité d'interdiction de la flotte chinoise tienne à distance de la frontière maritime de la Chine les flottes étrangères, la mise en mer de la plus importante flotte sous-marine et amphibie d'Asie n'a pas encore comblée les carences d'un support satellitaire d'appui, pour l'identification des cibles mobiles.

Il s'agit là d'une lacune opérationnelle qui influence la stratégie militaire générale, aggravée également par le retard pris par l'APC de combattre dans un contexte informatisé. Au plan général, la prise de conscience de l’indépendance des rôles entre le premier atelier du monde et le premier consommateur d’énergie et de matières premières de la planète, part de l'acquisition d'un point de force, « la zone économique chinoise », deuxième pôle mondial de croissance après les USA et avant le Japon et l’Allemagne. Ces objectifs imposent à la Chine une exigence de sécurisation des voies maritimes qui lui dictent une stratégie, dite du « collier des perles », visant à jalonner le couloir maritime des importations pétrolières entre le Golfe et le détroit de Malacca, en modernisant le port de Gwadar et celui de Chittagong en Bangladesh. Cette stratégie pourrait conduire également la Chine à adopter une politique d’approvisionnement et de sécurité énergétique duale, maritime et terrestre.

Ainsi l’influence de la stratégie chinoise dans les grandes affaires du monde, demeure une « question d’intérêt vital », non seulement pour la Chine et pour la paix, mais également pour la survie de Chung Kuô et la stabilité régionale et mondiale au XXIème siècle.

Or la politique étrangère de la Chine est influencée par trois grandes variables interactives, le défi nord coréen au Nord-Est, le réarmement du Japon à l’Est et le renforcement des capacités militaires de l’Australie au Sud-Est. La conjonction de ces trois variables est source d’un danger commun, une course régionale aux armements.

Quant à la Corée du Nord, le régime de Kim Jong-Il semble immunisé contre les pressions étrangères et mène une politique de gesticulation balistique et nucléaire qui constitue un défi pour les leaderships régionaux, les nationalismes compétitifs de l'Asie orientale et la communauté internationale dans son ensemble. La Corée du Sud et le Japon, quant-à eux, mènent des initiatives diplomatiques et exercent des pressions sur Washington en faveur de politiques de défense devant permettre à ces pays de jouer un rôle autonome par rapport aux tutelles des grandes puissances et en particulier des États-Unis.

2. La Corée du Sud et la compétition indirecte Chine – USA

La Corée du Sud est conditionnée par la compétition USA-Chine qui se déploie sur le théâtre des rivalités extrême-orientales de la Mer Jaune. Après avoir acquis une place de première importance sur la scène économique mondiale en moins d'un demi siècle, la Corée du Sud est s'engagée dans une relation ambivalente et tortueuse avec la Chine et le Japon.

Ayant endurée une relation de vassalité vis-à-vis de la Chine pendant six siècles sous la dynastie Yi (1392-1910) suivie de l'annexion par le Japon impérial de 1910 à 1945, la Corée du Sud porte les séquelles de la bipolarité et de l'affrontement armé qui la dévasta dans les années cinquante, en aggravant sa séparation en deux régimes opposés. Cette opposition détermine en large partie les relations tripartites que la Corée du Sud entretient avec les États-Unis et le Japon.

Dans un contexte de dégel des relations très tendues de la guerre froide, la Corée du Sud a ressenti le soutien récemment apporté par Béjin à Pyongyang comme une « trahison », en particulier après les conclusions de l'enquête internationale qui a imputé le naufrage de la corvette sud coréenne « Cheonan » à une torpille nord-coréenne.

L'important exercice aéronaval « Esprit invincible » conduit, pendant quatre jours en Mer Jaune en août 2010, par les forces des États-Unis et de la Corée du Sud a vu le déploiement inhabituel d'un dispositif naval d'une vingtaine de bateau de guerre, de deux cents avions de combat et de huit mille hommes entrainés sous le commandement du porte-avion nucléaire Georges Washington.

Le caractère intimidant de la manœuvre s'est traduit par un renforcement de l'alliance tripartite avec Washington qui demeure le pivot des relations de sécurité de la zone Extrême-Orient Pacifique. Celle-ci a pour adversaire et pour cible l'hégémonisme chinois et sa recherche de supériorité globale, ou en terme de langage convenu, la « menace chinoise ».

Le Japon est tenté de plus en plus par la promotion d'un objectif cher aux forces nationalistes et conservatrices, visant à un réarmement graduel du pays, en mesure de permettre à Tokyo de faire face aux menaces de la péninsule dans les hypothèses les plus diverses, qui incluent la Corée du Nord, le terrorisme international, la montée en puissance de la Chine et l'utilisation de l'espace à des fins offensives.

Par ailleurs, l’Australie dans son « Livre blanc de la Défense » mentionne explicitement la situation de l’Asie du Nord-Est ainsi que la modernisation constante et l'augmentation du budget de la défense de l’armée chinoise comme « sources de préoccupation ». Une hypothèse non négligeable, évoquée par « Asia Times », est celle d’une réorientation de la politique étrangère chinoise en direction de Pyongyang, prévoyant une invasion de la Corée du Nord, ce qui suppose un accord à large spectre avec les USA et la redéfinition des équilibres régionaux en Asie Orientale.

Ce scénario est antinomique avec celui, selon lequel le soutien au régime de Kim Jong-Il a pour but d’éviter son effondrement et vise à repousser la tentation d’une réunification de la péninsule sous l’égide de Séoul, ce qui conduirait à la création d’une Grande Corée et à la présence de l’armée USA aux frontières nord orientales de la Chine.

Ainsi la déclaration du Ministre Chinois des Affaires Étrangères doit être révisée et interprétée comme un dilemme effectif de la direction du parti, face à une situation internationale dont les choix, d'alliance et/ou de développement se répercuterons sur les choix extérieures de la Chine pour les décennies à venir.

Ainsi, même si elle n'est pas encore en mesure de se placer en position de superpuissance globale, la Chine est déjà dans une situation économique, géopolitique et stratégique qui lui permet de jouer un rôle incontournable en Asie et de ne pas se contenter d'occuper passivement une place de second rôle sur la scène du monde , une scène qui lui a permis de résister à la fatalité de l'Histoire, celle de former un État durable soixante fois séculaire et de ne pas sombrer dans la ruine donnée pour fatale des Monarchies, des Républiques et des Empires.

[1] Voir sur ce point I. Seminatore dans « L’Europe entre Utopie et Realpolitik », Editions L'Harmattan, Paris, p. 125 et suivantes

bonsoir messieur je vous

bonsoir messieur
je vous ecris pour essayer d avoir des explications plus approfondis sur la competition entre la chine et les usa. si la coree du sud joue un role tres determinant pour les usa,c est que le voisin du nord doit surement etre impliquer dans les affaires chinoises.alors je voudrais au moins que ce document soit plus soutenu pour une bonne comprehension. merci

Poster un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de différencier de manière automatisée un utilisateur humain d'un ordinateur protègeant ainsi le site contre le spam.
Image CAPTCHA
Enter the characters shown in the image.